10.3 Coûts

En Suisse, les soins de santé sont fournis par un grand nombre de structures différentes et ont plusieurs sources de financement (pouvoirs publics, assurances, assurés). Les coûts directs comprennent les dépenses engagées dans la prévention, le diagnostic, le traitement, la réadaptation, les soins et autres prestations de ce genre. Selon la statistique de l’OFS «Coûts et financement du système de santé», l’ensemble des coûts de la santé est estimé à près de 82,5 milliards de francs en 2017, dont 9,9 milliards environ, ou 12,1%, concernent les enfants, les adolescents et les jeunes adultes (0 à 25 ans, 27% de la population en 2017).

Coûts de la santé en fonction de l’âge et du type de prestation


Les graphiques ci-après présentent l’évolution des coûts de la santé en fonction des classes d’âge et des types de prestations. On voit sur l’illustration G10.5 que, de 2010 à 2017, les coûts pour le groupe d’âge des 0 à 25 ans sont passés de 8341 à 9944 millions de francs (+ 1603 millions de francs). Cette hausse est toutefois moins marquée chez les 0 à 25 ans que dans l’ensemble de la population (19,2% contre 26,7%).

     Par habitant, les coûts pour les enfants, les adolescents et les jeunes adultes se sont élevés à 312 francs par mois en 2010 et à 362 francs en 2017, ce qui représente une augmentation de 16% (voir graphique G10.6). Les coûts sont généralement plus élevés pour les groupes d’âge plus avancés que pour les plus jeunes. Parmi les 0 à 25 ans, ce sont les 11 à 15 ans qui ont enregistré l’augmentation la plus forte de 2010 à 2017 (de 316 à 383 francs, pour une hausse de 21%). On n’observe pas de différence notable entre les sexes (aspect ne figurant pas dans le graphique). On note une hausse du nombre de cas stationnaires et du nombre de patients traités dans les cabinets médicaux aussi bien qu’une hausse des coûts par cas et des coûts par patient dans les cabinets médicaux (coûts par cas en stationnaire, coûts OAS dans les cabinets médicaux) (non représenté dans le graphique).

            Pour ce qui est des types de prestations (soins curatifs ambulatoires et stationnaires, réadaptation, soins de longue durée, biens de santé, services auxiliaires et prévention), les soins curatifs stationnaires constituent de loin le poste de coûts le plus important; quant à la structure des coûts, elle est semblable pour tous les groupes d’âge. La part des coûts de prévention – qui inclut notamment les campagnes d’information de la population, les mesures dans le domaine de la santé scolaire, de la prévention des accidents et des dépendances – reste stable, avec un bon 5% du total des coûts pour les 0 à 25 ans. Pour l’ensemble de la population, la prévention constitue près de 2,4% des dépenses de santé totales (donnée ne figurant pas dans le graphique), ce qui place la Suisse en dessous de la moyenne des pays de l’OCDE, qui est de 2,9%22.

  • 22. Source: OCDE.Stat (Dépenses de santé et financement – soins préventifs, part des dépenses courantes de santé, 2016). Tous les pays membres de l’OCDE n’utilisent cependant pas les mêmes catégories de dépenses de santé que la Suisse.
Image
G10.5
Image
G10.6

    La statistique de l’OFS ne relève pas séparément les coûts de la santé mentale. Les données des assurances fournissent bien certaines informations sur le sujet «SASIS: Coûts pour traitements en cliniques psychiatriques (stationnaire, ambulatoire) et en cabinets médicaux psychiatriques»., mais elles ne contiennent pas les prestations des psychologues psychothérapeutes indépendants, qui sont remboursées par des assurances complémentaires ou à la charge du patient. Les données de la SASIS pour la période 2005 à 2017 révèlent une augmentation constante des coûts de soins en santé mentale pour les enfants et les jeunes, qui passent d’environ 223 à près de 392 millions de francs (et de 103 à 171 francs par habitant et par an).